Objet: La lettre d information FLEGT UE d EFI octobre/novembre 2010
Load images

Des nouvelles bimestrielles sur les efforts communs de l´UE et de ses pays partenaires et institutions pour combattre l´exploitation illégale des forêts et pour mettre en œuvre le Plan d´Action de l´UE pour l´Application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux (FLEGT), compilés par l'EFI en coopération avec le Programme d´Appui ACP FLEGT de la FAO et la Commission européenne.

Accords de partenariat volontaire FLEGT : des nouvelles d’Afrique
APV FLEGT : des nouvelles d’Asie
APV FLEGT : des nouvelles d’Amérique du Sud
Le FLEGT et les initiatives du côté de la demande
Questions intersectorielles liées au FLEGT : tournées et rapports de réunion
Actualités FLEGT : quelques nouvelles – des publications – réunions à venir - autres
Actualités du Programme d’appui ACP-FLEGT de la FAO : des nouvelles – rapports de réunion
 

Accords de partenariat volontaire FLEGT : des nouvelles d’Afrique :

Cameroun :

Le 6 octobre, l’Union européenne et le Cameroun ont signé un Accord de partenariat volontaire à Bruxelles. À partir de juillet 2012, tous les produits forestiers entrant dans l’Union européenne en provenance du Cameroun devront donc porter une licence FLEGT prouvant leur origine légale. L’Accord a été signé d’une part pour l’Union européenne par le Commissaire en charge du développement Andris Piebalgs et la ministre belge Sabine Laruelle, responsable de l’agriculture ; et d’autre part pour le Cameroun par le ministre Elvis Ngolle Ngolle, en charge des forêts et de la faune. L’Accord de partenariat volontaire s’appliquera aux deux parties une fois ratifié et approuvé par le Parlement européen. Le Cameroun est le plus gros exportateur africain de bois tropical en Europe, et met actuellement en place un système national de traçabilité des produits bois. Une fois ce système établi, le Cameroun cherchera à garantir la conformité juridique de la production de bois pour tous les produits forestiers ligneux vendus à l’Union européenne, sur les marchés d’exportation non-européens et le marché local.
La vidéo de la signature de l’Accord est disponible sur le site Internet du Service audiovisuel de la Commission européenne (publié le 6 octobre, 02 :58)

 

 

République Centrafricaine :

La République Centrafricaine et l’Union européenne sont proches de finaliser leur accord. Un dernier cycle de négociations sur l’Accord de partenariat volontaire (APV) s’est déroulé à Bruxelles les 12 et 13 octobre. Lors de cette réunion, les débats ont porté sur la prise en compte des plantations forestières dans le système d’assurance de la légalité de l’APV, le type d’informations à rendre publiques, les mesures d’accompagnement pour la mise en place du système de contrôle du bois et le calendrier d’activités couvrant la période entre la signature de l’APV et l’émission de la première licence FLEGT. Les tout derniers ajustements devraient avoir lieu dans les prochains mois. Le paraphe de l’APV devrait avoir lieu à Bangui avant la fin de l’année.

 

La République Démocratique du Congo (RDC) :

Le 20-21 octobre, le Ministre de l’environnement, de la conservation de la nature et du tourisme de la République Démocratique du Congo, également en charge des forêts, s’est rendu à Bruxelles pour entamer des négociations destinées à établir un Accord de partenariat volontaire (APV) entre son pays et l’Union européenne. Il était accompagné de plusieurs représentants de l’administration de son gouvernement, de la société civile et du secteur privé. L’objectif de ce premier dialogue était d’initier un échange sur le processus de consultation, les défis liés à la gouvernance forestière et les leçons tirées des autres processus FLEGT, dans l’optique de préparer la première séance de négociation qui se tiendra en décembre, à Kinshasa. La République Démocratique du Congo est le dixième pays à entamer des négociations d’APV (à l’heure actuelle, des accords ont été signés avec le Ghana, le Cameroun et le Congo, et d’autres sont en cours de négociation en Malaisie, en Indonésie, au Libéria, en République Centrafricaine, au Gabon et au Vietnam). La RDC abrite la plus vaste zone forestière du Bassin du Congo, avec environ 100 millions d’hectares de forêts. Les exportations sont encore limitées à environ un demi-million de mètres cubes par an, dont l’Europe est la première consommatrice, à hauteur de 80-90% (Sources: COMIFAC, EFI WFSE).

 

Gabon:

Lors de l’ouverture des négociations sur l’Accord de partenariat volontaire le 23 septembre à Libreville, le Gabon est devenu le 9ème pays producteur de bois à s’engager dans un Accord de partenariat volontaire avec l’Union européenne. Lors d’une cérémonie officielle, le ministre gabonais responsable des forêts et le Représentant de la délégation européenne au Gabon ont signé une déclaration commune, confirmant ainsi l’engagement des deux parties pour combattre l’abattage illégale du bois et répondre aux défis posés par la gouvernance forestière. Lors de la première session officielle de négociation, qui a commencé le 24 septembre, le Gabon a présenté un cadre qui garantit la participation de toutes les parties prenantes et a souligné les principaux défis en matière de gouvernance forestière du pays. Les deux parties se sont mises d’accord sur une feuille de route de négociations qui prévoit une séance technique mensuelle, ainsi que trois séances formelles de négociation à Libreville et Bruxelles. L’objectif est de clore les négociations en décembre 2011
 

 

Libéria :

Mi-octobre, des représentants de l’Union européenne et du Libéria se sont rencontrés pour une quatrième séance de négociation à Bruxelles, et ont débattu, entre autres, des principes et indicateurs nationaux du Libéria pour définir la légalité du bois, des procédures de vérification de la définition de la légalité et de la chaîne de procédures de contrôle du bois dans le cadre du système d’assurance de la légalité. En outre, l’équipe en charge des négociations a évoqué une évaluation prévue des besoins en renforcement de capacités qui permettrait de mettre en œuvre le système d’assurance de la légalité et l’Accord de partenariat volontaire. Au cours de la préparation de la séance de négociation, l’équipe libérienne chargée de l’Accord de partenariat volontaire a visité le port d’Anvers pour en savoir plus sur les procédures douanières de l’Union européenne, et a rencontré un importateur de boi, ce qui lui a ainsi permis d’avoir un aperçu des perspectives du secteur privé sur les exigences du marché et la conformité avec le nouveau règlement européen sur le bois illégal.

 


Retour ^

APV FLEGT : des nouvelles d’Asie :

Indonésie :

Comme l’a fait savoir l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT), le gouvernement indonésien a renforcé début septembre ses mesures pour garantir que seuls le bois et les produits forestiers possédant des documents attestant de leur légalité puissent être exportés du pays. Tout bois ou produit forestier ne possédant pas les documents adéquats sera immédiatement considéré comme illégal. À cet égard, le gouvernement d’Indonésie a crée un système, connu sous le nom de Système de vérification de la légalité du bois (SVLK), dont la finalité est de suivre et de contrôler les concessions forestières industrielles, les forêts et plantations communautaires, les forêts privées et l’industrie en amont et en aval de la filière.

En outre, les négociations sur l’Accord de partenariat volontaire (APV) entre l’Union européenne et l’Indonésie continuent, avec une réunion technique prévue pour la fin de l’année, afin d’aborder les thèmes importants avant la signature de l’accord. Plusieurs engagements liés à la politique de gouvernance forestière seront inclus dans l’APV, dans des Annexes qui seront rédigées pour décrire, par exemple, les fonctionnalités du Système de vérification de la légalité du bois, les accords sur les licences FLEGT et l’évaluation périodique de la mise en œuvre du Système de vérification de la légalité du bois par une tierce partie indépendante.

 

Vietnam :

Un atelier de formation technique FLEGT sur l’Accord de partenariat volontaire a eu lieu le 11 septembre à Hanoï pour le gouvernement et le secteur privé. L’atelier a été ouvert par le ministre adjoint de l’agriculture et du développement rural, M. Hua Duc Nhi, et le Directeur de la Facilité FLEGT de l’Institut européen de la forêt, M. Ralph Ridder. Parmi les autres participants se trouvaient des représentants du Partenariat de soutien pour le secteur forestier du Ministère de l’agriculture et du développement rural du Vietnam, du personnel du programme EU-FLEGT de EFI en Asie, de l’Office allemand de la coopération technique (GTZ) et de représentants du secteur privé vietnamien. Plusieurs domaines de coopération commune ont été identifiés, y compris des études et des activités de renforcement de capacités. En outre, les délégués vietnamiens du Ministère de l’agriculture et du développement rural ont été encouragés par le programme FLEGT de l’Union européenne et de l’Institut européen de la forêt en Asie à jouer un rôle d’observateurs pendant la réunion nationale multipartite indonésienne sur l’Accord de partenariat volontaire qui s’est tenue fin septembre à Jakarta. Pendant leur visite, les officiels vietnamiens ont également rencontré le ministre indonésien en charge des forêts, le facilitateur FLEGT de l’Union européenne pour l’Indonésie et un représentant de l’Association des entrepreneurs forestiers indonésiens (APHI). Enfin, le rapport d’une mission d’évaluation ProForest, dont l’objectif était d’étudier la portée et l’impact potentiel d’un Accord de partenariat volontaire au Vietnam a été approuvé par le Ministre de l’agriculture et du développement rural le 6 octobre. 

 

 


Retour ^

APV FLEGT : des nouvelles d’Amérique du Sud:

Guyana

Un atelier national réunissant les principales parties prenantes, organisé par la Commission de la foresterie guyanaise, a eu lieu les 28 et 29 septembre à Georgetown, au Guyana. Le gouvernement guyanais a cherché à débattre des avantages et des inconvénients d’un processus d’Accord de partenariat volontaire avec ses parties prenantes nationales, dans l’optique de mieux comprendre leurs perspectives voire leurs inquiétudes. Parmi les participants se trouvaient des représentants d’institutions gouvernementales, du secteur privé, du conseil national amérindien, des membres de villages et de communautés amérindiennes, des bailleurs de fonds et la société civile, y compris des ONG internationales et locales. L’office national des forêts guyanais a présenté sa vision de la politique forestière et ses activités actuelles dans le secteur, la Commission européenne et l’Institut européen de la forêt ont présenté le Plan d’action FLEGT de la Commission européenne, les principaux éléments d’un processus d’Accord de partenariat volontaire et le changement des exigences commerciales en Europe et ailleurs, à la lumière de la récente législation qui vise à minimiser l’offre de bois illégal sur les marchés internationaux.

Le gouvernement guyanais débattra davantage de ce sujet avec les parties prenantes guyanaises pendant les trois ou quatre prochains mois, à la suite de quoi il espère pouvoir prendre une décision sur l’acceptation ou non d’un Accord de partenariat volontaire.

 


Retour ^

Le FLEGT et les initiatives du côté de la demande :

Le réglement européen sur le bois illégal :

Le conseil des ministres de l’Union européenne a officiellement adopté, le 11 octobre, le Règlement sur les obligations des opérateurs de bois et de produits forestiers sur le marché. Ce règlement vient après l’accord conclu entre le Conseil, la Commission et le Parlement européen en juillet 2010. Le Règlement sera publié sous peu dans le Bulletin officiel de l’Union européenne, et entrera en vigueur 20 jours après sa publication. Cependant, il ne sera pas mis en pratique avant début 2013, ce qui laissera aux opérateurs et aux autorités chargées de son application le temps de se préparer. Plus d’informations peuvent être trouvées dans le communiqué de presse du Conseil (page 17).

 

Déclaration suisse sur le bois :

Le 1er octobre 2010, l’Ordonnance Suisse sur la déclaration du bois et des produits en bois est entrée en vigueur, avec une période de transition courant jusqu’à fin 2011. Cette ordonnance prévoit que les fournisseurs de bois ou de produits en bois devront fournir aux consommateurs suisses des informations sur l’espèce du bois et le lieu de la récolte. L’objectif de cette exigence de déclaration est d’encourager la transparence et de permettre aux consommateurs de choisir des produits forestiers responsables. Dans un premier temps, l’exigence de déclaration couvre les bois ronds, les sciages et un nombre limité de produits en bois massif.
Dans le cadre de cette exigence, s’il apparaît que le pays d’origine ne peut être déterminé, il est alors possible d’indiquer plusieurs pays, une région ou encore « origine inconnue ». De même, il est possible d’indiquer plusieurs essences ou noms botaniques. Les petites entreprises avec des stocks réduits peuvent faire leur déclaration annuellement. L’Ordonnance est disponible ici (en français, allemand ou italien). 

 


Retour ^

Questions intersectorielles liées au FLEGT : tournées et rapports de réunion :

Tournée FLEGT en Chine et dans la région du Mékong :

En septembre, plusieurs membres de l’équipe du programme EU-FLEGT de EFI en Asie ont entamé une tournée avec des activités sensibilisation à Shanghaï et à Shenzhen dans le sud de la Chine. Un deuxième groupe a entrepris une autre tournée dans le Mékong, en organisant des ateliers de formations sur l’Accord de partenariat volontaire, des discussions et des séminaires au Vietnam, au Laos, en Thaïlande et au Cambodge. Pendant ces évènements, les participants – composés entre autres de représentants du secteur privé et de la société civile – ont pu s’informer sur le nouveau Règlement européen sur le bois illégal. Le dialogue entre l’Union européenne et les gouvernements des pays de la région du Mékong s’en est trouvé renforcé.

 

La coordination Union européenne – Chine sur le FLEG

Le 7 septembre, l’Union européenne et la Chine ont discuté de la gouvernance forestière et de ses évolutions lors d’une réunion officielle du Mécanisme de coordination bilatéral, qui a eu lieu au Ministère en charge des forêts à Pékin. À cette occasion, il a été décidé de commencer des activités communes entre l’Union européenne et la Chine dont le programme EU-FLEGT d’ EFI en Asie va soutenir le mise en œuvre. Les activités actuellement en cours de discussion incluent le développement d’activités de sensibilisation, le suivi et la traçabilité du bois et les marchés publics chinois concernant les produits bois et les aspects environnementaux.

 

 

Conférence sur les forêts durables et le développement du marché en Chine :

Le programme EU-FLEGT de EFI en Asie a co-organisé une conférence internationale sur le thème « Forêts, marché, politique et pratique – Chine 2010 » à Pékin les 7 et 8 septembre. Cet évènement a été organisé en étroite collaboration avec des organisations telles que le Programme pour la forêt et le commerce responsable en Asie (RAFT), The Rainforest Alliance, le WWF – Réseau forêt et commerce, The Forest Trust et le ministère en charge des forêts en Chine. Le directeur général de la Direction Générale de l’Environnement, M. Karl Falkenberg, est intervenu sur le Règlement européen sur le bois illégal et les nouvelles exigences européennes pour le bois et les produits forestiers. M. David Brooks, Directeur des politiques sur les ressources naturelles et de l’examen des facteurs environnementaux du Bureau du représentant du commerce des États-Unis a évoqué dans son discours la mise en œuvre du Lacey Act. Au cours de la conférence, les évolutions relatives à la législation du marché de l’exportation ont été évoquées, reflétant ainsi le degré élevé de compréhension et d’engagement des représentants du secteur privé chinois, qui se sont montrés particulièrement intéressés par les nouvelles réglementations, et la façon dont il leur serait possible de se conformer à leurs exigences. Le stand du programme EU-FLEGT de EFI en Asie a reçu une excellente fréquentation, le T-shirt à l’effigie de Paul le poulpe ‘Choosing Legal Timber’ ayant remporté un vif succès. 

 

 

Journée de la Fédération internationale du commerce de bois à Genève

Environ 100 participants comprenant des importateurs, des producteurs de bois, et des représentants d’organismes de certification, de fédérations commerciales et d’institutions gouvernementales de pays d’Europe, d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud, se sont réunis lors de la Troisième journée de la Fédération internationale du commerce de bois qui s’est tenue à Genève, du 6 au 8 octobre. La conférence, organisée par The Forest Trust, en coopération avec l’Institut européen de la forêt et le coopération britannique UKAID, a axé son programme de travail sur les idées et les initiatives permettant d’améliorer la commercialisation et la promotion du bois légal et durable, d’accroître sa visibilité, de souligner ses avantages sociaux et environnementaux et d’accroître la demande sur les marchés mondiaux. Cette réunion a également à également été l’occasion de s’informer sur l’actualité de la législation dans ce domaine, notamment le Règlement européen sur le bois illégal et le Lacey Act, en invitant les importateurs et les producteurs de bois à débattre des exigences qu’impose la mise en conformité à ces nouvelles règles. Toutes les présentations peuvent être téléchargées ici

 

 

Programme de recherche sur les questions FLEGT

La Facilité FLEGT de l’UE et de l’Institut européen de la forêt a récemment commencé à mettre au point un programme FLEGT de recherche au nom de la Commission européenne. L’objectif est d’identifier les besoins actuels et futurs de la recherche dans le contexte de la mise en œuvre du Plan d’action FLEGT de l’UE. Le Programme abordera les priorités de la recherche dans les domaines de la politique et de la gouvernance forestières, et de la commercialisation et de la socio-économie des produits forestiers entre autres. Ce Programme sera mis en œuvre au moyen d’un processus participatif, qui a commencé avec une consultation organisée pour les Membres associés et affiliés de l’Institut européen de la forêt, lors de la semaine de la Conférence annuelle de l’Institut Européen de la Forêt qui s’est tenue en septembre à Dresden en Allemagne. La formulation du programme impliquera les parties prenantes concernées en Europe et au-delà. L’Institut européen de la forêt a mis en place un groupe de travail chargé de la facilitation du processus, emmené par le Directeur adjoint de l’Institut européen de la forêt, M. Gert-Jan Nabuurs. Le nouvel analyste politique de la Facilité FLEGT de l’UE, M. Jo Van Brusselen (jo.vanbrusselen(at)efi.int ) peut être contacté pour plus d’informations sur le programme de recherche.



Retour ^

Actualités FLEGT : quelques nouvelles – des publications – réunions à venir - autres:

Quelques nouvelles:

« Lao Voices » a titré le 15 septembre « L’UE sur le point de bannir les produits bois illégaux »
 

« The Economist » a publié en septembre un dossier spécial de 14 pages sur les forêts, en mettant particulièrement l’accent sur le rôle des forêts et leur gouvernance, dans le contexte du changement climatique et du REDD (Réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation)
 

« Actu-Environnement » a publié le 30 septembre un article général sur le FLEGT et les négociations relatives à l’Accord de partenariat volontaire intitulé : « Bois illégal : de nouveaux pays exportateurs s'engagent avec l'Union européenne »

 

Des publications :

Un numéro spécial sur la foresterie internationale intitulé « Taxes forestières et gestion des forêts tropicales », publié par l’Association forestière du Commonwealth, est disponible ici.


Les résultats des deux études de base sur le commerce et le secteur forestier dans la région du Mékong et la Chine devraient être publiés prochainement sur le site Internet d'EU FLEGT Facility et de l’Institut Européen de la Forêt. Ces études, commandées au nom de la Commission européenne par le programme EU-FLEGT de EFI en Asie fourniront des perspectives sur les flux commerciaux de la région, et constitueront un point de départ au dialogue politique.

 

Réunions à venir :

Du 24 au 26 novembre 2010, un atelier sous-régional sur le système d’assurance de la légalité organisé par le programme FLEGT de l’Union européenne et de l’Institut européen de la forêt en Asie aura lieu à Hanoï, au Vietnam. Il permettra d’offrir un aperçu sur les politiques liées à la légalité du bois, les initiatives du marché, et sera également une occasion pour les pays membres de l’ASEAN (Association des nations sud-asiatiques) d’échanger leurs expériences sur le système d’assurance de la légalité du bois. L’objectif est d’accroître la capacité des pays participants à élaborer et à mettre en œuvre des systèmes d’assurance de la légalité du bois. En outre, il est prévu que le groupe discute des options possibles et élabore les étapes initiales pour les processus au niveau sous-régional et/ou national dans la région du Mékong. Des participants sélectionnés du Vietnam, du Cambodge, de Myanmar, de Thaïlande, du Laos, de Brunei et des Philippines ont été invités.

 

Autres

La EU FLEGT Facility de l'Institut Européen de la Forêt (EFI) recherche un expert de système d'assurance de la légalité (SAL). Plus d'informations concernant ce poste peut être obtenue ici. Les candidatures doivent être soumises pour le 15 novembre 2010 au plus tard.

 

Au nom de la Commission européenne, la EU FLEGT Facility de l’Institut Européen de la Forêt a renforcé l’expertise de la Facilité sur le changement climatique et le REDD (Réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation) en recrutant son premier expert REDD. Mme Valérie Merckx (qui travaillait auparavant au sein de la DG Action pour le Climat au sein de la Commission européenne) mettra l’accent dans son travail sur l’évaluation des liens entre le FLEGT et le REDD, et le renforcement des synergies entre eux.

 


Retour ^

Actualités du Programme d’appui ACP-FLEGT de la FAO : des nouvelles – rapports de réunion:

Colloque international sur les indicateurs d’évaluation et de suivi de la qualité de la gouvernance forestière :FAOsmalllogo1.jpg : 4.40625Kb

La Banque mondiale et la FAO ont organisé un colloque de deux jours sur les indicateurs d’évaluation et de suivi de la qualité de la gouvernance forestière, à Stockholm, les 13 et 14 septembre 2010. Au cours de cette rencontre, les participants issus de plusieurs organisations internationales et de groupes de parties prenantes dans les pays cibles ont évalué les efforts actuels pour concevoir des indicateurs spécifiques au secteur forestier et les appliquer sur le terrain. Les principaux domaines évalués incluaient l’utilisation d’indicateurs pour l’analyse du risque d’investissement, la mesure et le suivi des réformes du secteur forestier, le succès des initiatives anti-corruption et de l’application de la législation, l’évaluation des efforts de réduction de la pauvreté, la protection des droits de l’homme et l’amélioration de la gestion du conflit. De même, l’utilisation d’indicateurs pour le suivi des réalisations FLEGT (notamment les Accords de partenariat volontaire) et la mise en œuvre des activités REDD+ ont été spécialement analysés au cours de la rencontre.

 

 

Evènement parallèle FLEGT lors de la semaine de la forêt de la FAO

Pendant la semaine de la forêt organisée par la FAO à Rome du 4 au 8 octobre, la Facilité FLEGT de l’UE et le Programme d’appui ACP-FLEGT de la FAO ont co-organisé un évènement parallèle sur le FLEGT. L’évènement était destiné aux délégués du Comité des forêt, ainsi qu’aux scientifiques participants à la conférence : Mécanismes économiques émergents : implications pour les politiques forestières et la gouvernance sectorielle, qui s’est tenue parallèlement à la session du Comité des forêts. Les orateurs ont souligné les bases du Plan d’action FLEGT et les progrès récents de sa mise en œuvre. M. Samuel Ebia, Directeur des Forêts au Cameroun, était particulièrement bien placé pour parler des progrès de son pays quant à l’Accord de partenariat volontaire, puisque le Cameroun a signé l’accord officiel l’année dernière à Bruxelles. Le représentant des industries italiennes de transformation du bois, M. Michele Alfano, de Fedecomlegno, a fait état d’une situation positive. Cette brève discussion, présidée par M. Adrian Whiteman de la FAO, a soulevé de nombreuses questions, parmi lesquelles le rôle de la science forestière dans la mise en œuvre du Plan d’action et ses liens avec le REDD+.

 

Programme d’appui ACP-FLEGT – cérémonie de signature au Cameroun

Depuis ses débuts, le Programme d’appui ACP-FLEGT de la FAO financé par la Commission européenne, a soutenu 38 projets dans 21 pays pour qu’ils puissent répondre à leurs priorités FLEGT. Le 18 septembre 2010, le représentant du programme était au Cameroun pour assister à une cérémonie qui a marqué la signature de cinq nouvelles Lettres d’entente et le début de la phase de mise en œuvre du projet. Au total, huit projets sont actuellement mis en œuvre au Cameroun, pour un financement total de 900 000 dollars. Ces projets, entre autres : (i) prépareront les agents forestiers du Ministère en charge des forêts à mettre en place un système de vérification de la légalité ; (ii) incitera l’Ecole nationale des eaux et forêts à actualiser certains aspects de son programme ; (iii) assistera les responsables de forêts communautaires à se conformer aux exigences de la définition de la légalité et (iv) modernisera les outils d’information utilisés par le ministère des Finances pour garantir le paiement effectif des droits forestiers.

 

 

Atelier sur les flux transfrontaliers dans la région des grands lacs dans le contexte du Plan d’Action FLEGT

Du 22 au 24 novembre prochain, se tiendra à Bujumbura (Burundi) un atelier regroupant des participants du Burundi, Rwanda, Ouganda et RDC pour aborder la question délicate du commerce illégal du bois dans la région des grands lacs. Au-delà des constats faits ces dernières années sur l’importance de cette filière et de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux, la nécessité de mettre autour de la table les différents pays concernés par cette problématique a récemment été renforcée par l’entrée de la RDC dans les négociations de l’APV et la volonté de traiter, au travers de cet accord, la question du bois artisanal et de son commerce associé.

 

 

Atelier FAO/OIBT/IFIA sur l’industrialisation du secteur forestier en Afrique centrale

Cet atelier s’est tenu à Yaoundé (Cameroun) les 21 et 22 septembre 2010 avec une forte participation du secteur privé et des administrations concernées, notamment celles en charge des forêts, du commerce et des finances. Au terme de cette réunion, des recommandations ont été faites dans les matières suivantes : (i) stratégies d'investissement pour favoriser la transformation du bois, (ii) fiscalité incitative, (iii) barrières commerciales dans les marchés locaux et régionaux et (iii) Intégration du secteur informel aux économies nationales. La FAO, en collaboration avec l’OIBT et l’IFIA, planifie d’organiser le même type d’atelier dans les autres pays de la sous-région qui rencontre les mêmes difficultés à créer un environnement propice aux investissements et à faciliter et renforcer les marchés locaux et sous-régionaux de bois.

 

Pour plus d’informations sur les projets et les activités de la FAO, veuillez vous rendre sur le site du Programme d’appui ACP-FLEGT (www.fao.org/forestry/acp-flegt), ou contactez la direction du programme à l’adresse : acp-flegt-info(at)fao.org.

 


Retour ^
 

Si vous désirez soumettre des informations sur des activités relatives au programme FLEGT de l´UE ou des commentaires à vocation éditoriale, merci de les envoyer à info(at)euflegt.efi.int

Cette lettre d´information est disponible en anglais, en français et en espagnol. Il est possible de s´abonner en ligne sur http://news.efi.int/newsletter/subscribe.

Le processus de l´UE pour l´Application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux (FLEGT) a été initié en 2003 avec la publication du Plan d´Action FLEGT. Il répond aux questions relatives aux réformes de gouvernance et au renforcement des capacités, avec le soutien d´actions destinées à réduire la consommation de bois obtenu illégalement dans l´UE et, à terme, sur les principaux marchés consommateurs ailleurs dans le monde. Documents additionnels: Conclusions du Conseil (2003), Règlement du Conseil sur le programme d´autorisations FLEGT (2005).

La Mécanisme UE FLEGT de l´Institut Européen de la Forêt (EFI) soutient la mise en œuvre du Plan d´Action FLEGT de l´UE et est financé par l´Union européenne, les gouvernements de l´Allemagne, de l´Espagne, de la Finlande, de la France, des Pays-Bas et du Royaume-Uni. Le Mécanisme conduit actuellement des actions en Afrique, en Asie et en Amérique centrale et du sud.

Cette publication a été produite avec l'aide de l'Union européenne. Le contenu de cette publication ne peut pas être considéré comme reflétant l´avis officiel de l´Union européenne.

Pour plus d´informations, visitez: http://www.euflegt.efi.int et http://www.efi.int/portal/projects/flegt/